conseils pour optimiser votre budget

juillet 5, 2020 Non Par admin


S’attaquer à la rénovation d’une maison de plus de 30 ans, même sans aller à une bâtisse du début du 20ième siècle, engendre nécessairement des travaux d’isolation, tant l’isolation thermique est devenue une obligation, aussi bien pour limiter les coûts liés à la consommation de fuel, de gaz, d’électricité, de bois ou de granulés, que pour être en phase avec un mouvement de fond de lutte contre le réchauffement climatique causé en partie par le gaspillage d’énergie.

L’isolation de la toiture est le premier sujet à traiter, car elle est à l’origine de 30% des déperditions de chaleur. Isolation par l’extérieur, isolation par l’intérieur sous rampants, isolation sur le plafond du dernier étage dans le cas de combles non aménageables. Ne pas confondre comble non aménageable et comble non aménagé : contrairement au premier, le second peut devenir aménagé. Ainsi, si l’aménagement des combles n’est pas un projet à court terme, il faut anticiper un aménagement ultérieur en privilégiant l’isolation sous rampant à l’opposé de l’isolation sur plafond qui deviendra obsolète.

L’isolation du sol est traitée en même que les travaux de reprise des dallages ou lors des travaux de chapes et de revêtements. L’isolation des murs par l’intérieur est à privilégier si les façades méritent d’être conservées en état ou rénovées à l’identique. Une isolation par l’extérieur changerait sans doute le cachet du bâtiment.

Attention dans le cas particulier du pisé que l’on trouve beaucoup dans la région Auvergne-Rhône -Alpes, il est nécessaire de laisser « respirer le mur ».